by jp

le 22 11 2014

Le 22 novembre, soirée châtaignes et vin nouveau <<<lire la suite>>>


Cardeilhac

by jp

 

A 90 kms de Toulouse, CARDEILHAC s’étendant sur 1841 hectares, nous fait découvrir son village et ses 2 merveilleuses forêts, havres de paix et de senteurs, dont la très connue forêt domaniale l’Arboretum. Les amoureux de la Nature aiment s’y ressourcer tout au long des sentiers.

Située à 440 mètres d’altitude entre Saint-Marcet et Boulogne-sur-Gesse, la région principalement agricole est aussi bovine et un peu ovine. Il y a aussi des entreprises artisanales. Dans cette région, le regard est arrêté par les haies séparant les champs, par les jardins entourant les maisons, par les cultures de maïs et de tournesols. Selon les saisons, les teintes tournent au brun jaune l’hiver, vert tendre au printemps, damier jaune et vert l’été, parsemé du violet sombre, de l’incarnat, du rose ou blanc des trèfles, des sainfoins, des luzernes, damier jaune et brun de l’automne, au moment où les labours commencent à retourner la terre.
Saint-Marcet, encadré par ses gîtes ruraux, abrite un lac de pêche et un cours de tennis. Face au lac, serpente une petite route ombragée, où l’on peut surprendre la traversée de chevreuils. Menant à Cardeilhac la d55a débouche à 2 kms sur la vallée de la Rivière (le Marignas), petit quartier tranquille et fleuri, dominé par un petit moulin privé de construction récente.

Plus loin, après un virage sinueux entouré de champs de blés,  de maïs, un petit chemin sur la gauche frôle la forêt, rejoint la route, et le cimetière agrandi depuis peu. Continuons notre route. 1 km après, dominé par son église du 16ème siècle, le village tout en pierre nous accueille, et nous montre la route menant à la forêt domaniale, la plus belle de la région. A gauche se trouve le terrain de sport. A côté de la mairiel’école tout en pierre elle aussi, accueille les enfants de la maternelle au CM. Le dernier week-end de septembre, les cardeilhacais fêtent leur joli coin de verdure.

Après un croisement, nous arrivons à la forêt domaniale, où se trouvent son

arborétumet le célèbre chêne de l’hourmagne.

 

Généralités historiques
Présence gallo-romaine à proximité de la grande voie Toulouse-Tarbes. Seigneurie mentionnée en 1155, vassale du comte de Bigorre au 12ème. Château détruit au 14ème. Le nouveau datant de 1634 fut détruit au 19ème. Charte de coutumes en 1391, droit d’usage dans la forêt, longtemps région de forêts peuplée de loups.   

Vestiges préhistoriques et antiques
Mardelles* dans la forêt et vestiges d’habitations gallo-romaines à demi enterrées, aux murs de terre et de bois ; l’une porte un dôme de pierre. Autel votif gallo-romain encastré dans le mur de l’église.